Harpe - Musique Française

Le Quatuor Stainer se joint au harpiste Fabrice Pierre pour explorer l'oeuvre riche écrite en France pour cette formation. 

André Caplet et son Conte Fantastique, Marcel Tournier, Féerie parmi tant d'autres font partie du répertoire proposé au côté de Usher de Philippe Hersant pour un concert  riche en couleurs et émotions. 

Le Conte Fantastique, André Caplet:

Le masque de la mort rouge.

 

Rôdant autour des proies qu’elle convoite, la Mort, spectre horrible et fatal, hante la contrée…

Dans une atmosphère lourde d’angoisse et d’épouvante, c’est brusque et hideuse l’apparition du masque de la Mort Rouge, dont le rictus diabolique dénonce le joie rageuse et impitoyable de tout livrer à l’anéantissement.

Comme pour défier le fléau, un jeune Prince et ses amis festoyent joyeusement dans une abbaye fortifiée dont on a soigneusement muré les issues.

Là, le Prince gratifie ses hôtes d’un bal masqué de la plus insolite magnificence, et son goût fantasque pourvoit aux divertissements de la fête : tableau voluptueux que cette mascarade !

Cependant, chaque fois que la voix étrange et profonde d’une très vieille horloge sonne les heures… L’élan des danseurs semble paralysé…

A peine les échos de ce tintement ont il fui qu’une hilarité légère et mal contenue circule parmi les hôtes.

La fête reprend alors mais avec moins d’entrain et comme gênée par le souvenirs de ces appels de l’heure ; toutefois, peu à peu, la musique s’anime. Les couples, fiévreusement, tourbillonnent, lorsque, sur un geste brusque du Prince, les musiciens s’arrêtent…

Dans l’ombre de l’Horloge, où lourdement résonnait minuit, se tenait, immobile, un personnage enveloppé d’un suaire.

Une terreur mortelle s’empara de toute l’assistance.

La Mort Rouge était venue comme un voleur de nuit !

Et tous les convives tombèrent convulsivement l’un après l’autre dans les salles de l’orgie inondée d’une rosée sanglante.

Usher, Philippe Hersant:

La chute de la maison Usher.

 

Le narrateur (dont l'identité ne nous est pas connue) arrive à la maison de son ami Roderick Usher, ayant reçu de lui une lettre dans laquelle il se plaignait de maladie et réclamait sa présence. Cette maladie se manifeste par une hyper-acuité des sens et une grande anxiété. Madeline, la sœur jumelle de Roderick, est elle aussi malade, tombant dans des états de transes cataleptiques.

Après qu'il lui a récité le poème « le Palais hanté », Roderick soutient à son ami que la maison est dotée de sens, ce qui proviendrait de la façon dont la maçonnerie est entremêlée à la végétation entourant le bâtiment. Plus tard, il lui annonce que Madeline est décédée et qu'il a l'intention de conserver son corps durant 15 jours dans un caveau en attendant de procéder à l'enterrement définitif. Après avoir aidé son ami dans cette tâche, le narrateur constate une aggravation rapide de l'état de Roderick.

Environ une semaine plus tard, le narrateur reçoit, par une nuit de tempête, la visite de Roderick qui semble très agité. Il tente de le calmer en lui faisant la lecture mais entend divers sons provenant de la maison. Roderick devient finalement hystérique et clame que ces bruits sont causés par sa sœur qu'ils ont en fait enterrée vivante et qu'il le sait depuis plusieurs jours. La porte de la chambre s'ouvre alors violemment et laisse apparaître Madeline, en sang et dans son suaire. Elle avance vers son frère et tombe sur lui alors qu'elle rend le dernier soupir et que lui-même succombe à sa frayeur. Le narrateur fuit alors la maison et, à la lueur d'un éclair, voit la fissure parcourant la maison s'élargir, causant l'écroulement du bâtiment tout entier qui est englouti dans l'étang.

 

© Quatuor Stainer

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now